top of page

Les artistes peintres qui peignent encore…

À l’aube de la saison des symposiums : Les artistes peintres qui peignent encore

      

Connaissez-vous des artistes en arts visuels qui peignent encore à la main malgré l’accessibilité technologique d’aujourd’hui (IA). Comprenez-vous pourquoi ils créent manuellement alors que l’ordinateur le ferait en quelques secondes?

Manon Marchand en train de peindre un tableau à la truelle

Et pourquoi ils exposent des tableaux alors que les gens d’ici, inondés d’images médiatiques, savent rarement apprécier une œuvre d’art.

Certes, il y a la majorité des consommateurs se croyant avertis artistiquement parlant qui accrochent sur leurs murs des reproductions sans âmes, fabriquées en série et achetées dans une quincaillerie. Même plusieurs émissions québécoises de décoration consomment ce genre de reproductions artificielles malgré un budget important.

Pourtant, en toute connaissance de cause, nos artistes peintres pullulent dans les symposiums en espérant communiquer un intérêt aux spectateurs. Les regardeurs cherchent une sensation immédiate, des harmonies de couleurs précisent, un style prédéterminé qu’ils croient plus actuel et bien d’autres raisonnements similaires qui, d’après moi, ne sont pas prioritaires pour l’achat d’un tableau.

Je pense que choisir un tableau devrait être choisir une vision d’artiste. Connaître le cheminement personnel d’un créateur, c’est se permettre d’entrer dans son univers et de savoir si son monde nous interpelle. Ce n’est pas toujours au premier coup d’œil que l’on peut apprécier un travail d’artiste. Quand j’entrevois le discours d’un être humain avec des formes, des gestes, des matières et des couleurs expressives, la lecture du tableau devient un grand livre ouvert à consommer. Pour qu’un client achète un œuvre d'art durable, il faut qu’il ressente une émotion reliée à l’expression du peintre.

L’image qui joue bien son rôle n’est pas seulement un élément du décor, elle personnalise plutôt les lieux à l’image de son habitant. Je crois qu’un tableau est un élément qui reflète notre intérieur et nos valeurs alors, si vous accrochez n’importe quoi sur vos murs, c’est ce "n'importe quoi" qui rendra votre vie monotone.

Cherchez l’œuvre d'art qui aura les qualités que vous recherchez de votre entourage, celle qui vous guidera vers une meilleure qualité de vie. Habiller vos murs, c’est un peu comme construire votre maison neuve, vous cherchez à ce qu’elle vous séduise mais elle doit surtout répondre à vos besoins et à votre personnalité pour contribuer à votre épanouissement. Soyez conscient des conséquences de vos choix.

L’ordinateur fait des merveilles et permet aussi de s’exprimer plus rapidement mais peindre manuellement, c’est garder le contact avec la personne que nous sommes. C’est ne pas oublier que nous sommes essentiellement des humains dotés d’une richesse émotionnelle incomparable à aucune nouvelle technologie. Je suis une de ces artistes peintres qui croient encore que peindre manuellement restera toujours un besoin vital pour l’être humain. Peindre, c’est le prolongement de notre collectivité qui passe directement du cœur à la main créative sans l’intermédiaire d’une machine.

Peindre, c’est se "grounder" chaque fois qu’on s’investit corps et âme dans une réalisation. Tout ce processus ne se fait pas dans un seul tableau mais dans la production artistique de toute une vie. C’est pourquoi je conseille aux spectateurs de prendre connaissance du parcours de l’artiste et d’échanger sur son sujet et son processus créateur.

Personnellement, lorsque je peins mes montagnes, je me retrouve en communion avec la terre. Bien "grounder", ma force créatrice s’intensifie. Je m’abandonne à sa volonté par l’expression de mes connaissances artistiques. Inspirée par mes contemplations antérieures sur les minéraux, je laisse sortir l’essentiel en réminiscence jusqu’à ce que la composition soit équilibrée et dégage le mouvement tectonique de mes émotions.

MANON MARCHAND  

5 vues0 commentaire

Kommentarer


bottom of page